Résultat de votre recherche

Le petit épeautre de Haute Provence

Epeautre02
Le Triticum monococcum, dont les premières traces de culture remontent à 9 000 ans avant J.C, est le véritable ancêtre des céréales modernes.
Consommé en abondance jusqu’à l’époque romaine, « l’engrain » (nom usuel du Petit Epeautre), fut redécouvert par le grand public revient au goût du jour jusqu’aux tables des plus grands chefs étoilés en quête de nouvelles saveurs.
Semé en septembre sur des terrains pauvres et en altitude, il se récolte en août et n’a besoin ni de pesticide, ni de désherbant et de peu d’eau pour prospérer.  Le « Blé des Gaulois », son autre surnom, appartient à la catégorie des blés vêtus (triple enveloppe) qui nécessite un travail de décorticage important.
Physiquement il se différencie du blé par son épi dressé, très aplati, avec une barbe de grande dimension.
A ses qualités gustatives s’ajoutent de remarquables qualités nutritives reconnues et recommandées en particulier pour ses faibles apports en gluten.

Sa couleur et sa saveur sont uniques et il se prépare de multiples façons aussi bien salé que sucré.

N’a t-on pas répertorié à ce jour 187 recettes ? Sa soupe est une tradition culinaire du pays de Sault.

La grande majorité des producteurs locaux cultivent et commercialisent du petit épeautre.

Par ailleurs, les restaurateurs le propose également en accompagnement du plat principal ou encore en salade.

Enfin, le village de Monieux célèbre chaque année le petit épeautre le 1er dimanche de septembre à l’occasion d’une grande fête de la gastronomie.

Petit épeautre